1 - Mémoires d’un ex-futur pilote d’usine

En fait ma carrière de pilote a débuté directement en tant que pilote d'usine.
En effet, sponsorisé par un puissant groupe familial (Papa et Maman), j'ai effectué mes débuts au volant d'une très rapide Dauphine rouge (à pédales) à l'âge de 3 ans. Débuts hésitants, la spéciale d'essais n'étant pas adaptée à mon pilotage généreux : un gauche (déjà...) serré débouchant sur un droite à fond avant la table du salon. Heureusement il y avait l'échappatoire de la salle de bains. Malgré tout, la maîtrise était là, le talent aussi et rapidement je fais mes classes au volant d'engins divers (tracteur-bois, etc...), toujours dans la même écurie. 

Cependant, un accident en spéciale détruira la vénérable Dauphine lors de la Coupe des Alpes du Lôtissement de Trévignin, dans la montée du Revard. Le véhicule d'un Commissaire (la tondeuse de Papy) mal garé ayant arraché le demi-train avant droit dans le gauche (encore...) de la terrasse du jardin.
Après quelques piges (descente du poulailler chez Tonton-François en Kart : record devant les cousins à domicile + slalom de Saint-Martin-Le-Vinoux : vainqueur en Kart à pédales + descente de Clos Martin en caisse à roulettes : 1ère catégorie sans freins et 2ème scratch à cause d'une équerre monstre dans le gauche - toujours... - de la Mère Clampin) je décidai de passer sur 2 roues, le matériel disponible n'étant plus performant : mini-vélo NEUF.
Ces débuts prometteurs mettent en veilleuse la suite de la carrière sportive du patron de l'écurie (Papa) et de mon ingénieur de piste (Maman). Parallèlement à ma carrière fulgurante, Papa finit 7ème du Championnat de France des Rallyes et Maman gagne sa catégorie au Saint-Raphaël 1965, le scratch avec Claudine Trautman sur Lancia Zagato d'usine en 1966 dans le même rallye. Quelques Neige et Glace, Mont-Blanc, Var Alpin, courses de côte verront tout à tour des classements honorables et des abandons (souvent avec des véhicules transalpins d'ailleurs), mais toujours avec des passages spectaculaires (j'y reviendrai plus tard) et de belles autos : Jaguar MK II spéciale (4,2 l), Abarth 1000 TCR (avec Pierre Maublanc), Lancia Fluvia et Fluvia Zagato (avec René Trautman), Lotus Elan, Mini, BMW, Alpine, etc.
En 1968, mon ingénieur de piste (Maman) accouche de ma future copilote....
En fait, j'étais un peu petit pour vraiment profiter de ces autos, mais je m'en fous, j'ai roulé dedans et de toute façon je serai champion du monde ....

Le droite à fond de la table du salon ....

Claudine Trautman Lancia Zagato René Trautman Pierre Maublanc Abarth 1000 TCR