21 - 22 mai 2010 Rallye de la Sainte Baume

Hello, Tous !

Nous v'là repartis pour une nouvelle saison, du moins pour moi, puisque Christian et Laurent, comme vous l'avez peut-être lu dans la précédente chronique, ont couru le Rallye de Grasse au mois d'avril. Pour mon copilote Pascal et moi, ce sera le premier rallye de la saison.
Le Team ROADRUNNERS va se retrouver pour le Rallye de la Ste Baume, dont le départ s'effectue à La Ciotat.
Ce rallye, il y a un moment que nous voulions le faire, mais le calendrier des saisons précédentes ne l'avait pas permis. Nous avons été confortés dans notre choix, cette année, par les conseils de concurrents locaux, que nous avons rencontrés sur d'autres épreuves. Il faut savoir que le parcours traditionnel de ce rallye emprunte la fameuse Route des Crêtes, classée au patrimoine Mondial de l'Unesco. Les gens qui connaissent bien le Ste Baume nous ont vivement recommandé de ne pas tarder à le disputer, car les écologistes locaux font du lobbying auprès des autorités pour que cette route ne soit plus utilisée dans le futur par le rallye....(vous connaissez le refrain: les bagnoles, ça pue, ça fait du bruit, ça détruit la couche d'ozone et ça euthanasie les couvées de mouettes...)
Comme le disait le chansonnier René COUSINIER (grand inspirateur de COLUCHE, qui a largement puisé dans ses sketches) :
"- Je n'ai rien contre eux, mais si on devait faire de la Confiture d'Ecolos, je crois que j'en prendrais un peu pour goûter !... " . Ca n'est pas pour demain dans notre beau pays, donc, on a pas attendu, et nous voilà engagés : sur le papier, figurent 3 équipages au complet, censés chevaucher 1 BMW et 2 ALFAS.....


Oui, mais ça, c'est sur le papier..... Nous avions tous oublié que Laurent est capable de tout, y compris du pire... Explication : Môssieur Ferlito possède un dossier, épais comme un Munichois sortant de la Fête de la Bière, qui "résume" pourquoi il n'a pas son Permis de Conduire, mais une "attestation " lui permettant de conduire... Comprenne qui pourra; nous,on a renoncé depuis longtemps.... Or, si Môssieur Ferlito s'est bien muni dudit dossier, il n'a pas pris avec lui THE attestation !
Et devinez quoi ? Les organisateurs, réunis en tribunal, lui disent que ça ne leur suffit pas, que le risque est trop grand en cas d'accident, etc, etc ...
Nous assistons, impuissants, avant le départ, à la mise hors course de la 2ème Alfa, et au désarroi de Lolo, la mort dans l'âme, qui ne pourra prendre part à la Course....
Thierry Roland aurait coassé: "C'est ballot !" et on n'est pas loin de penser pareil.... Nous courrons donc sans lui, et c'est bien dommage, mais qu'y faire... sinon passer ce couillon de Lolo au hachoir à viande?
De surcroît, on a maintenant des autocollants au nom du team des "Roadrunners". Les trois voitures en sont décorées, et on avait une occasion unique de les prendre en photo ensemble, avec leurs équipages. Cela aurait fait une belle introduction pour le site internet. Hélas, l'Alfa berline doit sortir du Parc Fermé avant le départ, et Lolo, dégouté, reprend le chemin du retour avant la fin de la cours. Lolo, tu ne peux pas savoir quelles envies de meurtre tu nous donnes, parfois !

Départ depuis le podium situé dans La Ciotat, et big émotion pour moi : je dois vous dire qu'une importante partie de ma famille paternelle était installée dans cette ville et ses alentours. J'y ai passé de nombreux séjours lorsque j'étais enfant. J'ai même été à l'école là-bas ! et des centaines de (bons) souvenirs sont encore bien présents dans ma mémoire .... cela me fait drôle de prendre le départ d'un rallye à un endroit qui m'a vu en culottes courtes...
Mais , bon, il faut se ressaisir, car le niveau est très relevé. En particulier, de bons pilotes locaux, connaissant très bien le parcours, sont à affronter dans notre catégorie .

Dès les premières Spéciales, on se rend compte que le moteur est mou, lent à monter en régime, et bien sûr,les chronos sont moyens. Sur les épreuves à profil plat ou en descente, ça va encore, mais dès que ça monte ou qu'il ya de la relance, l'écart avec Christian se creuse de façon importante... L'allumage refait des siennes !.. Pourtant,je me suis méfié avant le rallye. Le préparateur m'a donné les valeurs de réglages d'allumage pour les transmettre à l'assistance en cas de problème. J'avais contacté les mécaniciens auparavant, en leur demandant de se munir d'un stroboscope. En principe, ils disposeront de cet appareil pour régler l'auto en cours d'épreuve si nécessaire.... Mais ils m'avoueront PENDANT le rallye qu'ils ne savent pas se servir de l'appareil en question ! J'suis maudit, j'vous dis! Et ils se contentent de régler le delco à la main et à l'oreille : "c'est mieux, là?"  Ben, tiens, c'est facile, qu'est-ce que je peux répondre avec l'auto à l'arrêt??? On entend le moulin tourner, c'est tout. Et on ne peut savoir si c'est mieux qu'en continuant les Spéciales, car on n'a pas assez de temps pour faire un essai sur route et revenir à l'assistance ... Christian partant juste devant moi dans les chronos, puisqu'on se suit au classement, je peux prendre des repères précis quand il démarre : au moment où il enclenche la 3ème, je suis tout juste au tiers de régime de la 2e ... Je sais bien que l'Alfa a un pont court, mais tout de même !!!!  Si c'est comme ça dès la première accélération, on peut imaginer ce que ça donne au fil des sorties d'épingles, des rampes en montée,etc... Il n'y a pas grand chose à faire, sinon laisser dérouler les kilomètres, en espérant les éventuels ennuis des concurrents qui sont devant : ça a failli marcher. Un concurrent, classé 3ème jusqu'alors, a des soucis mécaniques (c'est une autre BMW ! décidemment !) Obligé de lever le pied pour terminer, cela profite à Christian, qui gagne une place . Tant mieux pour lui . Mais pas à moi, qui suis plus loin et il s'intercale entre nous.

Il fallait bien, de plus, qu'il nous en arrive encore une : 2 kms après le départ de la dernière Spéciale, je sens mon accélérateur devenir dur sous le pied, et sa course se réduire. J'essaie de baisser les yeux dans les épingles pour comprendre ce qui se passe, mais ce n'est pas facile à voir .Je ne peux qu'essayer de le tripatouiller avec mon pied. C'est la pédale qui s'est déboitée de sa tige et qui s'est mise de travers ! Je gueule un"MEEEERDE !" et annonce le problème à Pascal dans la radio. Celui-ci a déjà compris en me sentant me tortiller sur mon siège. Je finirai la Spéciale prudemment, car les balcons qui suivent sont rapides, et la descente finale comporte des virages en dévers sur lesquels il ne ferait pas bon arriver avec l'accélérateur bloqué... Olivier Bérard, mon précédent copilote, va être mort de rire lorsqu'il lira cela, en se disant "Tiens, ça faisait longtemps!". Sur la première BM, en effet, nous avons très souvent été ennuyés par ce problème. Mais ça n'était encore jamais arrivé sur l'actuelle, dont le pédalier est différemmment monté. Je me dis que, moi, quand je suis "noir", je suis "noir fonçé ! " ... Faudra revoir tout ça pour la prochaine épreuve ( une fois de plus....)
On finit ce rallye aux 7ème et 9ème places du classement général. Le bilan est quelque peu mitigé : un peu de frustration, surtout pour moi, parce que les chronos n'ont pas été au niveau de ce que j'espérais avec le nouveau moteur, et le désagréable sentiment de ne pouvoir faire mieux . Si satisfaction doit être trouvée, c'est d'abord dans le fait d'être à l'arrivée, avec les deux autos intactes. Mais aussi pour les équipages : nous avons certainement disputé une des plus belles épreuves que nous connaissions, avec la Corse et le Drome-Friedman. Toutes les Spéciales étaient SPLEEEEN -DIDES, avec des routes en super état (à part les cordes de certains virages creusées par les "modernes", transformant ainsi les sorties de courbe en champs de terre).


Cela, mes amis, explique en partie pourquoi nous aimons tant le rallye : Cela nous donne le privilège de visiter des coins de France et d'ailleurs, souvent en dehors des itinéraires touristiques. Nous découvrons ainsi des lieux magiques, parfois méconnus, qui nous laissent des souvenirs impérissables .
Il est amusant de constater qur c'est parfois TROP beau, et que ça rend difficile la concentration durant les Spéciales ! Quel équipage, ayant disputé un Rallye du Var, un Corse ou un Ste Baume, ne vous dira pas : " Au Col du Canastel, dans les Calanques de Piana, ou dans la route des Crêtes, je n'ai pas pu m'empêcher de regarder par la vitre latérale, tant c'était beau !!! " Et pourtant, on s'y est arrêté en reconnaissances pour faire des photos et jouir du paysage ! Vaut mieux ne pas faire ça sur des freinages tangeants !!!
Pour Pascal, Nathalie et moi, ça s'est complété, au moment des recos' d'une ballade dans les calanques de Cassis, de dîners dans les calanques de Figuerolles ou du Sormiou qui se sont avérés pleins de charme ... Dur, le rallye, hein ? Et comme d'habitude, nous avons rencontré des gens charmants... Tout cela donne envie de revenir !! Ce que nous ferons sûrement !...
Je vous donne rendez-vous mi-juillet : nous aurons disputé à ce moment le Rallye de la Drome. Là aussi, des paysages magnifiques nous attendent .
Bises aux Dames et Paluches aux Hommes ( ou le contraire, comme vous voulez !)

Ajouter un commentaire