Course de Côte de Chamrousse : 21 et 22 août 2010

Vous vous rappelez que la prédédente course, le Drome-Friedman en Juillet, s'était soldée par un abandon pour Pascal et moi, direction cassée sur la BM. Grâce à Thierry Massot, la voiture a été vite réparée, puisqu'elle n'avait apparemment pas d'autres dégâts. Train avant réglé, j'ai pu m'engager à la C.C de Chamrousse, dans le double but de vérifier en course si la tenue de route n'avait pas été altérée, et aussi pour avoir une comparaison de temps par rapport à l'an dernier, où je courais avec le petit moteur. A la vérité, c'est aussi pour retrouver la bande de doux-dingues qui ne font pratiquement que de la C.C. Je vous ai déjà parlé d'eux lors de précédentes chroniques, et c'est toujours une fête que de les revoir .... Avant de me rendre à Chamrousse, je crains toutefois que l'ambiance ne soit cette fois plombée : la raison en est que Lionel Regal, multiple Champion de France de la Montagne en Moderne, s'est malheureusement tué la semaine précédente en Suisse, à Ste Ursanne -les Rangiers... Il devait courir ici et se dirigeait tout droit vers son 6e titre... La tragédie est d'autant plus grande lorsque l'on sait que son père, Marc Regal,est également décédé en course de côte en 1997 ... L'hommage qui leur sera rendu par le plateau VH sera qu'une monoplace ancienne, ayant appartenu au père, roulera juste avant nous à chaque montée... Nous trouverons aussi des autocollants " Equipe Regal" à mettre sur nos autos pour ceux qui le désirent et une minute de recueillement sera observée lors du briefing-pilotes. Pour ma part, j'ai aussi appris la veille la disparition d'une amie chère, Anita, emportée bien trop jeune par une terrible maladie. Cette course ne s'annonce décidemment pas sous le signe de la gaieté ... Mais qu'y faire?  Devant cette impuissance et avec un moral "dans les chaussettes", je décide alors de réaliser un sticker " POUR ANITA", accompagné d'un coeur, collé sur la voiture. Elle m'accompagnera ainsi, elle qui a toujours adoré la vie trépidante... Je ne peux, hélas, pas faire plus ...

 

Passons à la course proprement dite :  dès les vérifications terminées, je rejoins le Parc Fermé, y retrouve Olivier, venu" vite fait sur le gaz" pour découvrir le plateau de cette année. Le succès grandissant des courses de Voitures Anciennes se confirme aussi en Course de Côte. 17 engagés en 2008, 27 en 2009, 40 cette année ! Sachant qu'il y environ 110 engagés en Moderne, on s'est dit, entre pilotes VH, qu'à ce train, c'est bientôt nous qui inviterons les "modernes" à participer à nos courses !!!

Et croyez- moi, il y a du beau "matos", impeccablement présenté : j'ai entendu systématiquement cette réflexion de la part des personnes, connues ou non, qui passaient par le Parc. Ca fait plaisir et c'est vrai : Monoplaces, Barquettes ou Voitures fermées, il n'y a pas de "poubelle". On constate également une tendance certaine à l'inflation, tant au niveau de la puissance des moteurs que des coûts... Pour imager ce constat, sachez par exemple que, l'an dernier, une Chevrolet Corvette faisait figure d'épouvantail, avec 580 CH... Elle a été remplacée par une autre, donnée pour ... 640 !!! Ce qui m'a fait rire, parce que ça fait un bail que je l'ai prédit, c'est d'entendre tel pilote de Porsche pleurer car sa voiture plafonne à ... 400... "Comment veux-tu que je suive ?" me dit-il. Je préfère en rigoler, car il ne se rend même pas compte qu'il est en train de se plaindre à un mec qui en annonce péniblement 180 ... Faudrait p'têt que je lui prête un mouchoir?

Rassurez -vous pour ce " pauvre gars" : il a déjà la solution ... et m'a expliqué être en négociation pour la saison prochaine avec ...une GT 40 !!! Faut oser, quand on connait ce que valent ces machines. Vous avez déjà un bel appartement, voire une villa pour ce prix-là ...(mais je pense qu'il est déjà logé !) Autre exemple : Un Commissaire de Piste m'a dit qu'on verra l'an prochain un concurrent s'aligner avec une Formule 2....Ben, mon cochon ... Ceux qui gagnent actuellement au Scratch avec des Formule Ford, ou Formule V ont dû être bien contents d'apprendre ça ...

En attendant, j'ai retrouvé "Nanar"et sa Barquette dans le Parc, on va pouvoir reprendre le duel entamé l'an dernier ici-même, où je l'avais battu, poursuivi au Col St Pierre en Avril, et là, c'est lui qui était devant. On s'apprête donc à faire la Belle .... Et ça commence évidemment par la guerre d'Intox ! Je vous dis pas comme on se "chauffe" tous les deux... Mais qu'est-ce qu'on rigole ! Pour les dialogues, y a du Pagnol et de l'Audiard mélangé ! (avec toute l'exagération et la mauvaise foi que ça suppose)

 

Début des essais le Samedi fin de matinée : nous descendons lentement en convoi vers le départ (à Chamrousse, le Parc Concurrents se trouve au sommet). Je remarque de nombreuses traces d'humidité sur la route, dues à la pluie tombée la veille. Malgré le soleil revenu, ça n'a pas encore séché car la forêt est dense à certains endroits. Il faudra faire attention, mais ça n'est pas grave : ce ne sont que les essais. De plus, ça aura séché pour la deuxième montée sous l'effet combiné du soleil et du passage des concurrents .

 

1ère montée : j'y vais très" cool ". Aucune prise de risque : pas de freinages tardifs, appuis moyens, et je ne "tire" pas trop sur le moteur. Surtout, j'observe le comportement de l'auto, qui n'a pas roulé depuis la réparation. Ca a l'air d'aller, je ne note aucune dérobade vicieuse.... Je suis toutefois surpris de rattraper à mi-parcours une Simca 1100 Ti, partie 30 secondes devant moi ! L'an dernier , c'était une 1200 S que j'avais dû doubler deux fois aux essais. (Question : qu'est-ce que je leur ai fait, chez SIMCA ?) Heureusement, son pilote m'a vu dans son rétroviseur, les commissaires lui passent le drapeau, et il me laisse le passage comme il peut ... J'y perds un peu de temps quand même, mais à l'arrivée, bonne surprise : le chrono affiche 3mn 11sec et des poussières. Ca correspond, à quelques dixièmes près, à mon meilleur chrono de l'an dernier, en attaquant fort en course, mais avec 140 ch à l'époque... Ca laisse augurer d'une amélioration sensible .

Nanar, classé quelques secondes devant moi, vient évidemment se foutre de ma gueule ! Je le laisse savourer son avantage du moment, en souriant, parce que je suis loin d'avoir dit mon dernier mot, et qu'il ne sait pas combien "j'en ai sous le pied " !

On ne le saura malheureusement jamais...

 2ème montée : soleil radieux, route asséchée, je vais y aller plus franchement. Mon seul problème sera d'avoir à doubler de nouveau la 1100 Ti. Son pilote vient s'excuser de m'avoir géné, et suggère que je demande 1mn d'écart entre lui et moi. Je lui répond de ne pas s'inquiéter, d'abord, il n'y est pour rien. Je lui dis également que nous sommes en essais, que je ne cours pas le Championnat de la Montagne, et qu'enfin notre ordre de départ le lendemain sera fonction des chronos. Donc, je ne le verrais plus devant moi. Pour ces raisons, je juge inutile de demander une minute d'écart .

Le début de montée se passe très bien, je retrouve mes repères sans problème, et , comme le matin, arrive aux fesses de la Simca à mi-parcours. Son pilote me guettait, et s'écarte comme il peut. Je fais attention et coupe mon élan car nous nous trouvons dans une enfilade de trois virages assez rapides si l'on est seul et en trajectoire, mais beaucoup moins à deux ... Un coup d'oeil aux instruments vite fait : M....DE !! LA PRESSION D'HUILE EST A ZERO !! Qu'arrive-t-il ? Le mano est-il en panne ? Difficile de me poser la question maintenant, car je dois doubler le concurrent , je sens le moteur perdre sa puissance et le dépasse péniblement. Peu après, le voyant de pression d'huile s'allume, j'ai compris qu'il y a un big problème, mais, crétin que je suis, tente quand même de rallier l'arrivée à vitesse réduite. Ce qu'il n'aurait pas fallu faire ... Un peu plus haut, le moteur coupe d'un coup. Sur l'élan, je gare la BM sur une bande de terre, très à l'intérieur pour ne pas géner les autres concurrents et coupe le circuit. Je descends très vite de la voiture, car je vois une fumée suspecte s'échapper de la calandre. Je défais les attaches de sécurité, lève le capot et hurle : " EXTINCTEUR, VIIITE !! "

Le moteur est en feu ! Ce sont les mousses protectrices des carburateurs, gavées par les vapeurs d'essence, qui se sont enflammées... Etant devant un Poste de Sécurité, ce sera vite circonscrit ...

Il ne me reste plus qu'à regarder les copains passer. Plusieurs jettent un regard interrogateur, en voyant mon auto le capot levé. Je termine cette montée en remorque, arrive au Parc, et suis rejoint par Charly Cauchois et Thierry Massot qui viennent s'enquérir de ce qui s'est passé .

Le verdict est sans appel :  une bielle a troué le bloc-moteur ... Charly me dit que je ne connaîtrais la raison de cette casse qu'au démontage .

Pompe à huile grippée ? Surrégime ? Perte d'huile ? Peut-être ne le saurons nous jamais, de toutes façons, le résultat est là .

De même, l'étendue réelle des dégâts ne sera connue qu'après démontage, lorsque l'on verra l'état du haut-moteur (culasse, entre autres)

Une chose est certaine : la saison est finie .

 

Cette chronique est, cette fois-ci, un peu triste .Je n'ai pas trop le coeur à la rigolade, mais j' espère que vous ne m'en tiendrez pas rigueur.

Une mécanique cassée, cela peut se remplacer. Des êtres chers, jamais .

 

 

Commentaires (2)

1. olivier gentil 24/03/2011

Christian, avec tout ces soucis d'alimentation : vous n'avez jamais pensé à mettre le réservoir sur le toit?
Ben oui, par gravité ça marche sûrement mieux...

2. Christian le 10 novembre 2010 23/03/2011

On a tendance à oublier, mais on ne peut pas dire qu'il ne m'arrive jamais rien.... Petit rappel (pour te redonner le moral) :
- Grasse-Alpin 2006 (1er rallye) : abandon / sortie de route dans les gorges d'Aiglun (tout l'avant à refaire)
- Jean Behra 2006 : abandon (alim. essence suite à durite débranchée)
- Antibes 2006 : abandon dans l'avant dernière spéciale alors qu'on était 2ème scratch (alim. essence)
- Haut pays Niçois 2006 : abandon (alim essence, pompe électrique))
- Grasse Alpin 2007 : abandon dans la liaison avant la 1ère spéciale (alim. essence, 2ème pompe électrique)
- Jean Behra 2007 : abandon (alim essence). Là, j'ai failli mettre l'auto dans le ravin !
- Var 2008 : abandon /sortie de route, dernière spéciale, après avoir eu panne d'essuie-glaces et perte du pot d'échappement
- Antibes 2009 : voiture immobilisée au départ de la super spéciale, repart en super rallye le lendemain avec plein de problèmes de moteur (nouveau moteur)

Voilà, remember...

Ajouter un commentaire