Course de Côte de Chamrousse, 27 et 28 août 2011

 

Nous voici au mois d'août, période à laquelle il n'y a pratiquement pas de rallies. La période des congés annuels et les fortes migrations touristiques sur toutes les routes font que les Préfets de région sont très réticents à autoriser des fermetures de route pour un rallye, à cause des perturbations évidentes que cela engendrerait. ("C'est un scandaaale ! Je ne peux pas passer ma jolie caravane éco-responsable à cause de ces sales bagnoles puantes et polluantes qui foncent juste sur la route que je voulais prendre ! Mais que fait la Police ? Ah, vous verrez , quand Hulot sera élu Président, fini la rigolade !")

Comme on n'y est pas encore, profitons que quelques courses de côte se déroulent à cette période...

Vous le savez, j'aime bien en courir une de temps à autre, et tout spécialement celle de Chamrousse. Je m'y suis engagé ces trois dernières années.

Plusieurs avantages y sont réunis :

  • C'est l 'épreuve la plus proche de l'endroit où j'habite
  • Cela me permet de bénéficier d'une route fermée pour faire des essais
  • Le parcours étant identique, cela permet des comparaisons, en fonction des éventuelles améliorations portées sur l'auto... ou pour vérifier que le pilote ne vieillit pas trop mal d'une année sur l'autre ! (Sénilité , quand tu nous guettes...)
  • La météo peut être changeante, mais à Chamrousse, il y a toujours une journée où, aux essais ou en course, on trouve un parcours sec. On peut donc comparer ce qui est comparable
  • L'ambiance est décontractée, y compris pour ceux qui disputent le Championnat, car ça "sent" encore les vacances. C'est d'ailleurs pour cela que cette course est toujours très populaire :  les gens profitent de leur temps libre en famille avant la rentrée. Il fait souvent un beau soleil le dimanche, sans qu'il fasse trop chaud. Et on trouve facilement de l'ombre tout au long du parcours, tracé au coeur d'une forêt. Belle occasion d'emmener pique-nique et glacière.

Peut-être aussi parce que c'est une des seules courses auto restant dans la région grenobloise, et que ça interesse les gens ? Mais ça ne va pas faire plaisir à Hulot !

  • Et j'y retrouve la joyeuse assemblée des copains du VH, spécialisés dans la C.C. Rien que ça vaut le déplacement !

Cette année, j'y ajoute une raison supplémentaire. On n'a pas beaucoup couru cette année, et le rallye de la Drome a été frustrant, du fait de le disputer "bridé" comme on a été contraints de le faire.

Et ça va recommencer : le rallye s'étant disputé après la mi-juillet, le temps s'est écoulé très vite avant la fermeture annuelle de presque tout le monde ... J'ai à peine eu le temps de ramener la BM à Roger après le rallye. Je voulais élucider la cause réelle des bruits de transmission entendus au Drome, car certain que cela ne venait pas de l'échappement. Et Cappello, ayant mis l'auto sur un pont, a vidangé le carter de boîte : il a trouvé une vilaine limaille mélée à l'huile, ainsi qu'un petit morceau de métal, ce qui n'est pas bon signe !

Devant le travail pour d'autre clients qu'il lui reste à faire avant fermeture tout le mois d'août, il n'a pas eu le temps de démonter la boîte. Il faudra remettre cela à Septembre, pour savoir ce qui est en cause, roulements , synchros , ou pignonnerie ? De plus, il me dit n'avoir pas reçu certaines pièces que l'on attendait... C'est Roger !

Je dois prendre une décision :

  • ou j'attends la rentrée, sans courir, pour résoudre ce probléme, solution la plus sage... Mais ça me barbe...
  • ou je m'engage à Chamrousse, en prenant le risque d'aggraver les dégâts, voire de tout casser dans la transmission...

Roger ayant tout de même mis un produit de traitement dans l'huile de boîte, je me décide à envoyer mon engagement... en sachant que le régime-moteur sera encore limité comme au Drôme (pièces non recues...) Tant pis, moi, j'ai trop envie de courir...

A Chamrousse, je demande toujours à passer les vérifications le vendredi après midi. J'en profite pour chercher un emplacement libre et installer la tente qui abritera la voiture. C'est aussi moins encombré que le samedi, car beaucoup de concurrents arrivent ce jour là. Olivier, comme l'an dernier, est venu faire un tour au Parc et m'a apporté une aide bienvenue pour installer le matériel.

J'ai traversé Grenoble par 34°, et un fort vent chaud du Sahara souffle par Sud Ouest, annonciateur d'orage.

Toute la semaine a été étouffante - jusquà 38° en journée ! -, y compris le soir. J' ai relevé des températures de 28° à 22h 30. Ce serait normal une mi-juillet, mais pas du tout une fin août !

Et ça nous tombe dessus en fin d'après midi... D'un coup, le ciel s'est assombri et bientôt, un déluge s'abat sur nous, accompagné d'un vent à décorner les boeufs. Ca m'oblige à arrimer la tente à un chalet, sous peine de la retrouver à dâche le lendemain, et tout ça sous un torrent d'eau...

La température, elle, est tombée de 20 ° en moins de deux heures ! Le soir, laissant BM, remorque et tente sur place, je redescends trempé comme un acier scandinave, pieds nus et chauffage en marche... Le lendemain, j'apprendrais par les concurrents campant sur place qu'il a fait 0° dans la nuit... Chamrousse !

 

Essais du samedi - 2 montées -.  Toute cette journée se déroulera sous la grisaille et la bruine, avec une fraîcheur obligeant à sortir les polaires . Nous ne verrons que de timides apparitions du soleil en début d'après midi. La première montée se déroule sur route mouillée avec des bancs de brouillard (bien entendu, je n'ai pas amené les pneus-pluie...).

Sachant que le moteur est limité en régime, je n'ai même pas cherché à alléger la voiture au maximum, laissant pare-chocs et phares supplémentaires en place, et chaussant de vieux pneus très usés. Inutile d'en faire plus, puisque je ne pourrais pas chercher la performance. Idem pour le réservoir, rempli aux 3/4...

Pour parfaire le tout ,je m'aperçois le moteur ne coupe pas à 5500 T/ M, comme Roger me l'a annoncé, mais à 5000... comme au Drôme...

En dépit de ce faible régime, la BM glisse de partout, et m'oblige à la prudence. De surcroît, je fais très attention à ne pas trop solliciter la transmission, tant dans les épingles, en relâchant l'accélérateur pour ne pas patiner, mais aussi au départ. J'ai mis si peu de régime que j'ai bien failli caler ! Moteur étouffé, j'ai ainsi perdu plusieurs secondes à relancer la machine... Ben mon vieux, y va être joli, le chrono !

C'est effectivement le cas. Si mal classé que je décide de faire la 2ème montée, contrairement à ce que je souhaitais faire à l'origine, pour ménager la transmission, et tout reporter sur les montées de course du lendemain. La boîte de vitesses semble tenir le coup, alors...

On se met en convoi pour redescendre vers le départ, à faible allure,et... HEEEEEEEEE ! What happens ? Was passirt ? Che cosa succede ? Qu'estcekisspass ?

La pédale de freins s'enfonce jusqu'au plancher ! Damned ! Hell and Devil ! Je lève le capot, affolé , et découvre que le bocal de Loockeed est pratiquement vide. j'avais pourtant vérifié le niveau une heure avant... Un concurrent, me voyant faire, me dit "tu peux pas y aller comme ça, sans freins. Tu vas te péter la gueule..."

Trés fine analyse, doublée d'un grand sens sécuritaire ("t' es un sacré visionnaire, toi... ! T'es le fils de Nostradamus, ou bien... ?")

Comme il y a encore pas mal d'attente, je demande l'autorisation de remonter au Parc pour voir si je peux faire quelque chose. Le Commissaire dit Banco , je remonte aussitôt, en faisant très gaffe en traversant le parc des "modernes" à cause des freins absents... 'Faut pas qu'il y en ait un qui traverse au dernier moment.

Arrivé en haut, je mets tout ce qui me reste de Loockeed, vois des bulles remonter, et teste la pédale... bien molle et s'enfonçant ...Y a un blème...

J'aperçois alors Thierry Massot, à qui je demande conseil. "Je pense que c'est les coupelles ou un cylindre de freins H.S. Attends, je regarde...". S'allongeant sous la voiture, il me crie "c'est tes freins arrière, ça dégouline !" Une des seules "cagades" qui ne m'étaient pas encore arrivées...

Vous allez pouvoir m'appeler "La Samaritaine". Avec moi, il y a quelque chose de nouveau tous les jours...

Le temps s'écoule vite, et les autres sont en train de faire leur 2ème montée... Alors que nous cherchons désespérément qui pourrait avoir en stock :

un cylindre de roue pour BMW 2002 DE 1974, à Grenoble, un samedi soir au mois d'août (Super-faciiile !)

Thierry, pris d'une inspiration subite, me demande de lever l'arrière de l'auto, pour vérifier si c'est bien la pièce incriminée... Manquerait plus que je descende en ville, et que je ne ramène pas la bonne pièce, en supposant que je la trouve !

...Et miracle ! "C'est bon ,Gilles, c'est ton flexible de freins qui est desserré !" (comment il a fait pour se desserrer ? Mystère). Serrage, pompage de pédale pour purger l'air... et je retrouve les freins ! Merci, Thierry. Là, tu m'as sauvé la mise, parce que je me voyais déjà mettre l'auto sur remorque sans avoir fait un mètre de course !

Je pourrais donc courir demain, étant classé en 1ère montée. Le souci, c'est que la 2ème montée, route asséchée, a été bien plus rapide. Tout le monde a nettement amélioré de plusieurs secondes, et je suis, du coup, dans les derniers classés. Tant pis. Déjà bien content de revenir le lendemain...

Sous le soleil retrouvé ! Je vous l'ai dit, à Chamrousse, on peut avoir tout et son contraire au point de vue météo. Et là, une belle et radieuse journée s'annonce, qui nous permet de ranger les polaires et ressortir les tee-shirts.

Les trois montées se dérouleront à peu près normalement. J'améliore à chaque fois de plusieurs secondes, en dépit des pneus "cirés".

Au final, meilleur temps en 3' 17" 5...  Qu'est-ce que ça m'apprend ?

  • 2 ans auparavant, en bagarre avec une autre 2002 de 180 ch, et moi avec le "petit" moteur, qui devait faire dans les 140-150 ch avec l'injection d'origine, ma meilleure montée s'était soldée en 3' 11" 9, à 8/10èmes de l'autre.
  • L'an dernier, pour ma seule montée d'essai avant que le "gros" moteur ne casse, je suis chronométré en 3' 11" et 1 ou 2 dixièmes. La route humide dans la forêt m'avait incité à la prudence, je freinais tôt, et j'étais très attentif aux réactions du chassis. En effet, la sortie de route du Drôme s'était soldée par un bris de direction et une barre tordue. Massot avait réparé, et refait un réglage de parallélisme, mais je n'avais pu rouler avec l'auto depuis. Et j'avais eu à doubler une Simca 1100 TI. Bien que son pilote m'ait laissé aussi rapidement passé qu'il l'avait pu, ,j'avais forcément perdu du temps. Je suis certain que j'avais plusieurs secondes "sous le pied", dans les 4 ou 5.
  • Cette année, le meilleur temps d'une 2002, par un gars du Midi qui va fort, Patrice Mini, est de 3' 07" 4. Je pense sincèrement que j'aurais été dans les mêmes eaux en temps normal.
  • Et je me retrouve 10 secondes derrière lui... Voilà ce que j'ai appris : ce que coûte le régime bridé de l'auto, qui coupe juste au moment où la puissance arrive...

Chamrousse faisant 4,8 km de long, c'est tout simplement 2 secondes au kilomètre et c'est très cher !

Imaginez sur le kilométrage d'un rallye ce que ça représente, et ça explique une partie de notre pâle classement du Drome.

Eh bien, vivement que je sois débarrassé de cette limitation, qui commence à m'enquiquiner sérieusement.

Sachez tout de même que la course a été remportée par une monoplace, pilotée par un d'jeun de 29 ans, devant une autre drivée par un pilote de 65 - 70 ans ...

Je milite ardemment pour qu'on leste les pilotes bien trop jeunes pour le VH ! 10 kgs par tranche de 10 ans ! - Surtout qu'il y en a de plus en plus ...-

C'est plus du jeu ! Ils n'ont même pas leur Carte Vermeil !

Pour la petite histoire, voici deux ans, j'avais dû doubler une Simca 1200 S aux deux montées d'essais (on part de 30 sec. en 30 sec.).

L'an dernier, deux fois aussi une Simca 1100 TI, et le moteur avait cassé juste après ça.

Cette année, le mauvais classement des essais a fait que je suis parti, pour les 3 montées de course, derrière une MG, auto rarissime en VH. Et à chaque fois, j' ai passé la ligne d'arrivée sur ses talons. Ce qui veut dire qu'à régime normal, je l'aurais dépassé avant la fin.

Moralité : en Course de Côte, on rattrape celui qui vous précède plus souvent qu'en rallye ! Même en n'étant pas à fond ! Ou alors, j'y comprends rien ...

P'tite cerise sur le gateau : nous étions deux partants dans notre classe de cylindrée (l'autre 2002 étant engagée en "Classic").  Le deuxième était une Alpine 1860 cm3...

Normalement, j'ai pas une chance. Mais sa caisse marchant encore plus mal que la mienne, il a dû abandonner après la 1ère montée, et j'ai réussi à le dépasser !

..... 1er de la Classe... Ma mère n' y croirait pas !

Vous voyez que j'ai bien fait d'aller là-bas...

Pour finir, un léger aperçu de l' ambiance qui règne dans la bande du CC VH : on était en file d' attente du départ de la 3ème montée, tous sagement rangés au bord de la route, et moteurs éteints.

A ce moment, Nanar Cayrier, tripotant machinalement sa voiture, s'exclame "Oh, Punaise ! J'ai mon échappement qui se déboîte ! Qui a une clé de 13 à me passer ?"

Un moment de flottement. On se regarde. Evidemment, personne ne moufte (tu parles comme on emmène des outils à bord en CC !) puis on appelle le groupe qui se trouvait au dessus de nous :

"Oh , quelqu'un a une clé de 13 ou une pince ?"

Charly Cauchois, s'approchant, sérieux, s'adresse à Nanar...

"C'est toi qui as besoin d' une clé de 13 ? Maintenant ?"

"Ouais !" lui répond-il, le visage gonflé d'espoir.

"BEN, J' EN AI PAS !" s'esclaffe Charly. Et tout le monde de partir à rigoler, en voyant la mine de notre bouffeur de nougat !

Mais c'est pas fini ! A la surprise générale, un gusse tend à Nanar une trousse à outils, qu'il avait à bord de sa voiture...

Et Nanar, tronche de sale gosse et petit sourire en coin, et voulant "reprendre la main" en matière de blague, se met en devoir de saisir des outils les uns après les autres, en les jetant sur la route par dessus son épaule, en marmonnant " pas çelui-là... pas celui-là... pas celui-là ......." !

Redoublement d'éclats de rire en voyant le pauvre gars serviable et contrit, en train de ramasser les outils salvateurs et inattendus, au fur et à mesure que l'autre les balançait !

Rendez service ! Et voilà comment on vous remerciera !

 

A bientôt.

L'espoir fait vivre, isn't it ?

Commentaires (6)

1. Ana (site web) 12/03/2014

Toduwcohn! That's a really cool way of putting it!

2. obey (site web) 22/10/2013

Joli et gourmand gâteau mais sans glaçage pour moi. Bises

3. obey (site web) 19/10/2013

Je ne trouve pas que cette salle de bains soit une horreur, comme le disent certains.

4. pascal S 18/09/2011

Pas de nouvelles depuis Chamrousse, j'etais en soucis. J'avais peur que tout ce soit bien passé!!

5. gilles 16/09/2011

Et puis , ils ont l'âge légal pour faire du VH , EUX ! Pas comme certains ...

6. Olivier 16/09/2011

Nanard et Charly sont certainement mes deux "Chouchoux" en course de côte VHC...

Ajouter un commentaire