Course de Côte Beaujolais dans les années 1970

Cette savoureuse histoire m'a été contée par un de ses acteurs.

2010, nous nous trouvions à la Course de Côte du Col St Pierre, entre pilotes VH, qui attendions en file que les "modernes" redescendent, et , à notre tour, effectuer notre montée. L'attente étant un peu longuette, on discutait de choses et d'autres...

Un pilote très connu en C.C depuis de nombreuses années, et nouvellement venu en VH, nous apostropha alors : "J'en ai une bonne à vous raconter !" dit-il, avec son accent du Midi très prononcé. "Ca s'est passé à une Course de Côte du Beaujolais au début des années 70. Qui d'entre vous y était ?" Un gusse se lève alors et traverse la rue, en courbant l'échine et en claudiquant, se tenant les reins tel un centenaire perclus d'arthrose, en faisant hiii huu - hii huu... Il imitait si bien le grincement de ses articulations qu'on était déjà tous partis à rigoler !

"Moi, j'y étais..." chevrota -t-il ... "Très bien, reprit l'autre. Comme ça,  tu pourras certifier aux autres que je ne mens pas ! "

(Ca s'est passé voilà longtemps. Il ya donc prescription, mais je ne vous donnerai que les initiales des protagonistes, extrêmement connus. Trouvez -les vous même !   Les plus perspicaces les identifieront facilement ! )

Et J.D commence : "A cette époque, je faisais partie des "cadors" du Championnat de France de la Montagne. Je pilotais un Proto 2 litres, et j'étais à peu près certain de gagner mon groupe à chaque fois. Mais j'étais barré au Scratch par les Monoplaces de F2 , notamment par mon pote J.M.  (vous avez déjà trouvé, je parie ! ) Au mieux (c'est ! ), je pouvais viser la 3ème ou 4ème place du Général... On dispute la côte du Beaujolais, lui gagne, comme d'habitude. Je gagne mon groupe et suis 3ème Scratch... On se rend à la remise des prix, on reçoit nos coupes et l'enveloppe qui contient le montant de nos prix. Et je dis à mon pote "Tu ne trouves pas que les organisateurs sont un peu"rats" ? Avec ce qu'ils nous donnent, on ne couvre pas nos frais..." Il me répond "T'en fais pas. J'ai déjà trouvé une combine". (Ce pilote était réputé pour son côté "Renard "...) "Dans la pièce à côté, il y a une montagne de cartons de vin qu'on doit remettre à tous les participants. Tu as dans ton enveloppe un papier avec la mention BON POUR 5 CARTONS DE VIN.  Et le gusse qu'on doit aller voir pour les retirer est tellement saoul qu'il ne comprendra rien à rien. Regarde le mien, je l'ai modifié au stylo, et maintenant il y a marqué : BON POUR 55 CARTONS DE VIN ! " JD s'extasie, et lui dit "Putain, t'as raison ! Je vais faire pareil ! "

Puis, s'adressant à nous, il poursuit : "Mais je vous avoue que je me suis un peu dégonflé. Je trouvais que JM avait un peu exagéré. J'ai pas osé en faire autant et, sur mon carton, j'ai mis un 2 au lieu d'un 5. Ce qui faisait BON POUR 25 CARTONS DE VIN... Et là, il nous achève : "Le problème, c'est que la remise des prix avait lieu assez tard. Comme j'habite Montpellier  (vous avez trouvé qui c'est , j'espère ! ) et que mes mécanos devaient rentrer, ils étaient déjà partis avec le camion-atelier et ma Barquette. Comme j'avais les moyens à cette époque, je reconnaissais les parcours en Berlinette ALPINE... Eh ben, je peux vous certifier que 25 cartons de vin, ça rentre dans une Alpine ! Il y en avait jusqu'au plafond ! Et de toutes façons, j'avais juré que si ça rentrait pas, je buvais le surplus sur place !" Eclats de rires généralisés !!! Ca nous a mis de bonne humeur, et plusieurs d'entre nous - dont moi - se sont présentés sur la ligne de départ avec une large "banane" ! Les organisateurs comprenaient pas ce qu'on avait dis donc !

Paul Pignard sur BMW 328 en 1954 à la Course de côte du Beaujolais

Photo extraite de l'excccellllllent site "PASSION NSU". Cliquez sur la photo pour retrouver l'article 

Commentaires (2)

1. Olivier 28/04/2011

Le "vieux" qui grince, ne serait-ce pas JM A?

2. Olivier 28/04/2011

Pas drôle, je suis hors concours!!! A cause que j'ai bu l'apéro avec JD et donc je sais qui est JM qu'on a souvent vu rouler et gagner à cette époque...

Ajouter un commentaire